Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Une 11e édition du salésien : la confirmation

14 février 2018

Les artères de la ville de Parakou ont vibré ce samedi 10 février 2018 au rythme, au son et aux couleurs du marathon salésien, ceci pour la 11 fois. Huit cent soixante-quatre (864) marathoniens de quatorze différentes nationalités dont le Bénin, le Togo, le canada, la France, le Ghana ont pris part cette course dans trois différents catégorie. Il s’agit des 42km195, 21km100 et 10km. Cette 11è édition a été le couronnement d’une préparation bien ficelée par les organisateurs avec pour thème salésien « le propre de l’Amour, c’est de souffrir pour la chose aimée »...

Alassane ADAMOU

Il n’est plus champion. Lui, c’est Daouda Korongou, détenteur de la médaille d’or de la 10è édition du marathon salésien de la cité des kobourous. Il s’est fait déposer de son titre par le ghanéen Akuka Williams. C’est l’un des grands renseignements à l’issue de la course de cette année. Pour le compte des 42km195, ils étaient 102 athlètes à prendre départ à 6h après le coup d’envoi donné à Tchatchou à 21km de Parakou. A l’arrivée, contre toute attente, alors que Daouda Korongou était donné favoris, c’est le ghanéen Akuka Williams (dossa 95) qui domine la course en 2 heures 32 minutes 34 secondes devant son compatriote Raja Lagble (dossa 97) qui a terminé sa course en 2 heures 33 minutes 20 secondes. Le podium est complété par Daouda konrogou (dossa 42) avec un chrono de 2 heures 37 minutes 06 secondes. Ce dernier a d’ailleurs exprimé face à la presse son désarroi au terme de la course, pointant du doigt un manque d’accompagnement des autorités béninoises pour ses entrainements. Chez les dames, sans surprise, c’est Bentille Alassane, qui signe son retour sur la piste après le rendez-vous manqué de l’année passée pour raison de maternité. La multiple championne du Bénin arrive en tête avec son dossa 6 en 2 heures 53 minutes 45 secondes devançant la ghanéenne Nyarba Precious (dossa 77) qui réalise un temps de 3 heures 01 minutes 01 secondes. La dernière place du podium est occupée par la porteuse du dossa 84 de nationalité togolaise Tchatom Kpeta grâce à une performance de 3 heures 02 minutes. Pour lecompte des 21km100 le coup d’envoi a été donné sur le goudron à quelques mètres de la paroisse Saint François de Sales de Okedama. Ils sont au total 132 coureurs à prendre part à ce semi-marathon. Chez les hommes, c’est un autre ghanéen qui crée la sensation en terminant champion. Avec son dossa 130, Malik Yakubu finit la course en 1 heure 07 minutes 33 secondes devant Sylvain Azonhin (dossa 110) qui réalise une performance de 1 heure 08 minutes 48 secondes. La médaille de bronze est revenue à Latifou Yacoubou porteur du dossa 125, grâce à un chrono de 1 heure 11 minutes 33 secondes. Toujours en semi-marathon, chez les dames, c’est Aichatou Aboudou, munie du dossa 68 qui surclasse ses challengers avec un chrono de 1 heure 28 minutes 46 secondes. La médaille d’argent est décrochée par Jacqueline Tchenanwe détenteur du dossa 117 qui finit en 1 heure 30 minutes 32 secondes. En 1 heure 39 minutes 35 secondes, Catherine Kouagou (dossa 60) obtient la troisième place du podium. Pour ce qui est des 10km 630 athlètes ont couru. Chez les hommes, Karim Soumanou n’a pas eu de peine à venir à bout de ses concurrents. Babatoundé Bello décroche quant à lui la deuxième place devant Carel Acankossi, troisième. La course des 10km chez les dame a été marquée par la victoire de Roukyath Gnami qui domine clémentine Vidagbandji et Carine Sannouekoua qui ont respectivement terminé deuxième et troisième. A noter que le marathon a été rehaussé par la présence de certaines autorités à l’instar du secrétaire général de la fédération béninoise d’athlétisme, Thomas GBEDINHESSI, de son adjoint Maurice VIHO, du représentant du préfet du Borgou Moussa Bio BAYE et du premier adjoint au maire de la ville de Parakou Ibrahim Chabi Mama ainsi que du présentant de la BOA, partenaire de l’évènement Lawson Gilles. Dans son adresse d’avant le coup d’envoi, le premier adjoint au Maire de la ville hôte, a remercié les organisateurs pour l’initiative avant de souhaiter une bonne course aux coureurs. Abondant dans le même sens, le représentant du préfet martèle que cet évènement permet non seulement de promouvoir les talents sur le plan international mais aussi de mettre Parakou sur l’échiquier international. La grosse innovation tant attendue, relative à la course des chevaux a été effective. Pour cette phase, dix-huit chevaux accompagnés des cavaliers ont impressionné le public par leurs différentes parades. Il s’avère impérieux de rappeler que le long de la piste du marathon a été quadrillé par des forces de l’ordre, des sapeurs-pompiers, des personnes chargées d’orienter mais aussi de rafraîchir les coureurs.


Ce qu’il faut retenir de la cérémonie de distinction 


Après l’effort, c’est le réconfort dit-on. Cette règle n’est pas dérogée par les organisateurs du marathon salésien de la ville de Parakou. Et pour cause, une cérémonie riche au son et aux couleurs a couronné la fin de la course. Une festivité au cours laquelle, l’orchestre SAM 11 a tenu en haleine aussi bien les marathoniens que les curieux. L’occasion est ensuite venue de distinguer les athlètes les plus méritants. Le champion aussi bien chez les hommes que chez les dames sur les 42km195 reçoit en plus de la médaille, une enveloppe financière d’une valeur de deux cent mille (200.000) francs, un trophée et des équipements sportifs. Les vice-champions quant à eux repartent avec une médaille chacun, des équipements sportifs plus une enveloppe financière de cent cinquante mille (150.000) francs. Les troisième (homme et dame) des 42km décrochent chacun une enveloppe financière de cent mille (100.000) francs, des équipements sportifs, et une médaille. En ce qui concerne le semi-marathon (21km), le champion décroche un trophée, une enveloppe financière de 50 000 francs, une médaille et un jeu d’équipements sportifs. Le deuxième obtient en plus de la médaille, des équipements sportifs plus une enveloppe financière de 30.000 francs. Le troisième quant à lui repart avec une médaille, une enveloppe financière de 20.000 francs et un jeu d’équipements sportifs. Pour ce qui de la dernière catégorie du marathon que sont les 10km, le champion est gratifiée d’un trophée, d’une médaille, d’une enveloppe financière de 15.000 francs et des équipements sportifs. La récompense du deuxième est composée d’une médaille, une enveloppe financière de 10.000 francs et des équipements sportifs. Les prix des troisièmes sur 10km hommes et dames sont constitués d’une médaille, une enveloppe financière de 5000 francs et d’équipements sportifs chacun. Il faut préciser que plusieurs prix spéciaux ont été décernés notamment au dernier du marathon. En prélude à cette cérémonie distinction, la BOA par l’entremise de son représentant Lawson Gille a réaffirmé le soutien de la structure à accompagner l’évènement. Le secrétaire Général de la fédération béninoise d’athlétisme, Thomas GBEDINHESSI, tout en décernant un satisfécit aux organisateurs, promet l’accompagnement de la fédération béninoise d’athlétisme (FBA). Dans son adresse, le président du comité d’organisation, Père David Ahossinou, fait savoir que la réussite de la présente édition du marathon a été le fruit de plusieurs efforts consentis par les uns et les autres. « Notre volonté est de faire de Parakou, la capitale sportive du Bénin » a laissé entendre le Père David Ahossinou. Les autorités municipales de la ville doivent par le biais de cet évènement faire grandir davantage la cité des kobourous à l’instar de Paris, Londres, Boston a-t-il ajouté.


Une organisation rigoureuse, cheville ouvrière de la réussite des oblats de Saint François de Sales


« Qui veut aller loin ménage sa monture ». Cet adage fait école chez les oblats de saints François de sales à travers l’organisation du marathon salésien. Tout a commencé le 03 Novembre 2017 avec la cérémonie de lancement de la 11è édition au détour de laquelle, des précisons ont été apportées quant à l’organisation par les initiateurs. C’est à cette occasion que les dispositions et innovations ont été dévoilées. Cette phase a laissé place aux inscriptions qui sont se achevées le 05 février 2018. Les médias ont été fortement mis à contribution pour les communiqués et spots relatifs aux inscriptions pendant cette période des inscriptions. Pour imprégner les uns et les autres du niveau des préparatifs, une conférence de presse est organisée le Mardi 30 Janvier à la paroisse d’Okedama. L’occasion était propice pour le chargé de communication Père Don Diègue de rappeler les dispositions sécuritaires, techniques et médicales prises pour le déroulement parfait de la course et aussi des innovations telles l’introduction de la course des chevaux. Afin de mettre bien les athlètes notamment étrangers une soirée culturelle animée par le groupe folklorique de l’université de Parakou a été organisée à la veille du marathon. Toutes ces dispositions ont abouti à une réussite tant escomptée par les organisateurs. A noter que la 12è édition est prévue pour le samedi 09 février 2019 avec pour thème salésien « Rien n’est plus force que la douceur et rien n’est plus doux que la force réelle. Le rendez-vous est donc pris pour l’année prochaine.

<< Go back to list