Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Edito : Le 6ème marathon samedi 09Février 2013 !


Logo_marathon

 LA BAO

"La bouche parle à l'oreille mais le coeur parle au coeur"

 
Etrange conseil que nous donne saint François de Sales ! Y a-t-il plusieurs façons de marcher ? Ne s’agit-il pas de mettre un pied devant l’autre et de recommencer ? Oui, mais remarquons que nous avons appris à marcher, que cela est devenu un automatisme et ainsi nous pouvons orienter notre marche, la mettre au service d’un désir, d’un besoin, d’une action… Marcher, ce n’est alors pas simplement bouger, mais aller vers, avancer, être en route ; marcher, dit encore François de Sales, c’est cheminer, ‘tirer chemin’, évoluer… La marche est le signe de la vie, du mouvement, c’est l’image de notre existence !
Marcher simplement, c’est donc vivre simplement, vivre sans se compliquer l’existence ; c’est être soi-même, avec son intelligence, ses connaissances, ses idées, sa sensibilité, ce que la famille, la société ont transmis, mais tout cela comme ramassé arrangé, unifié et éclairé par le cœur – centre des désirs, des convictions -, renouvelé par la volonté : la marche d’une personne responsable, d’une personne en marche vers son humanité… Marcher simplement, c’est agir selon son cœur : ‘tout par amour, rien par force -, c’est vivre selon une certaine vision de l’être humain, un être en marche, perfectible et aimable, ‘faible roseau’ parce que fragile et limité, ‘mais roseau d’or’ parce porteur d’une histoire sacrée, celle d’une vie reçue et à développer pour la construction du grand édifice de l’humanité.
Marcher simplement, c’est ainsi apprendre à marcher avec soi-même – tel que l’on est – sans chercher à paraître un autre que soi-même ; c’est apprendre à marcher avec les autres qui sont aussi des marcheurs, allant à leur pas, avec ce qu’ils sont, ce qu’ils pensent. C’est apprendre à connaître la Source de la marche, le Maître de la vie et donc de la marche, celui dont un prophète nous a livré cette parole : « on t’a fait savoir, ô homme, ce qui est bien, ce que Yahvé attend de toi : rien d’autre que d’accomplir la justice, d’aimer la tendresse et de marcher humblement avec ton Dieu ! » (Michée 6-8)
Marcher ainsi donne de la confiance car la personne agit, évolue avec une intention plus claire, plus précise : je deviens plus vigilant, me laissant moins manipuler par les autres, la mode, la publicité, les habitudes déshumanisantes… La simplicité de vie fortifie une action vraie ; elle fait dépasser les scrupules, la peur qui coupe la marche, peur de ce que pourrait dire les gens, peur d’oser une parole nouvelle, peur d’agir à contre-courant… Finalement, marcher simplement, ce n’est pas si facile ! C’est vouloir vivre en vérité, c’est se connaître et se reconnaître dans ce désir d’authenticité et de dépassement qui donne du goût, de la saveur à notre marche, du bonheur après un effort de fidélité à soi-même.
En fait, le conseil de François de Sales rejoint toute notre existence ! Remplacez ‘marcher’ par ‘courez’ et vous retrouverez dans notre texte beaucoup de ce qui est préconisé aux marathoniens : préparation, connaissance de soi, de ses possibilités et limites, vigilance, audace, persévérance dans l’effort, joie du dépassement… Et d’autres verbes peuvent suivre : ‘pensez’… ‘travaillez’… ‘priez’… ‘jouez’… ‘aimez’… le conseil garde toute son énergie, car il conduit à ce que nous cherchons ensemble : la paix, la Vraie, et le bonheur, le Vrai !
B. Baussand osfs