Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

LA PREMIERE EXPERIENCE DE LA LEAGUE D’ATHLETISME ATLANTIQUE-LITTORAL

Le marathon du 09 Janvier a eu lieu
Le marathon annoncé précédemment s’est déroulé et ce fut une initiation de la league d’athlétisme Atlantique- Littoral et non la de fédération…

Le marathon du 09 Janvier a eu lieu
Le marathon annoncé précédemment s’est déroulé et ce fut une initiation de la league d’athlétisme Atlantique- Littoral et non la de fédération…
Le marathon organisé par la league d’athlétisme Atlantique-Littoral du Bénin, tel qu’il est annoncé ne s’est pas déroulé dans les conditions requises et espérées par les athlètes. 15 compétiteurs étaient de la partie et ne constituaient qu’une équipe d’hommes.
Avec un retard d’environ 30mn, la course prévue pour 06h00, a finalement commencé à 06h30mn. Elle les a fait traversés la route des esclaves de Cotonou à Ouidah. Les athlètes ont profité de la bonne humeur de la mer, des bons murmures de ses vagues et des cocotiers dont les frits tombaient à chaque passage des coureurs.
Après 10km de courses les impacts de l’organisation ont commencé à se faire sentir : manque de stand d’eau sur le chemin, les athlètes ont commencé par ralentir, les riverains viennent en secours en apportant de l’eau à ceux qui en demandent, le père Guillaume devient le sapeur- pompier car aucune forme de sécurité n’a été prise pour cette compétition.
A 10km de la fin de la distance, c’est-à-dire, des 42,195km, les compétiteurs ont commencé à retirer leurs chaussures de courses car le sol ne se prêtait plus à leur humeur. A l’entrée de Ouidah par la porte du non retour, les coureurs ont compris qu’il ne peuvent plus se retourner alors, ils se sont mis à foncer pour terminer.
Une fois à Ouidah, la circulation était un peu dense : c’était la veille de la fête des vodouns ; les coureurs se sont perdus car ils ne repéraient plus les indications qui mèneront à la ligne d’arrivée. Mais avec tous les déhanchements possibles, 12 sont arrivés, 1 a abandonné après quelques mètres et maintenant tout le monde n’attendait que le sapeur pompier : le père Guillaume qui vient avec Monsieur Fernand un compétiteur qui était à sa première expérience et dont la femme doutait de la compétence à terminer cette course.
Enfin le père et le sieur Fernand tant attendus arrivent avec l’applaudissement de tous les athlètes, les organisateurs et les autres personnes présentes sur la ligne d’arrivée. Aucune récompense n’a été prévue pour les vainqueurs car selon les dires de Monsieur Gnanguènon, le président de la league et l’organisateur de ce marathon, ils n’ont pas trouvé de sponsors pour le financement de ce marathon.
Avec une déception de certains, les coureurs sont rentrés chez eux malgré tout avec un sourire aux lèvres puisque le père Guillaume les invite tous au marathon salésien de Parakou. Heureusement que la majeur partie des coureurs étaient les élèves du président qui ont bien compris leur coach.
Et voilà comment s’est déroulée la première expérience de la league d’athlétisme Atlantique-Littoral.
Diane DJANGUEDE